Biocalendrier de l'AventBiocalendrier de l'Avent 2019

Les venins, un danger pour l’Homme

  • Généralités

On désigne par le terme toxine toute substance pathogène produite par un organisme. Un venin désigne spécifiquement une substance composée d’une ou plusieurs toxines ayant été injectées par un organisme. Ce terme s’oppose à celui de poison, où l’organisme doit être touché ou ingéré pour que les toxines soient transmises.

Il existe plusieurs groupes d’organismes qui produisent du venin avec notamment :
– les bactéries (on peut citer le tétanos qui est une infection due à un venin d’origine bactérienne)
– certains arachnides (scorpion et araignées)
– les méduses (avec la Cuboméduse d’Australie, reconnue comme étant la plus venimeuse au monde)
– les serpents, qu’on décrira plus tard.

À noter que toutes les espèces venimeuses ne sont pas forcément dangereuses pour l’Homme, soit en raison de leur toxicité trop faible, soit par leur manque de contact ou d’agressivité envers l’Homme. Cependant, une allergie peut aggraver la situation, comme c’est le cas avec les piqûres d’abeilles.

  • Les serpents

On estime entre 81.000 et 137.000 le nombre de morts par an dû à des morsures des serpents dans le monde. Il existe environ 600 espèces de serpents venimeux. Certaines sont très connues comme lemamba noir ou le cobra royal. Leurs venins sont très puissants, conduisant au décès dans la plupart des cas non traité, mais heureusement, ils attaquent seulement quand ils se sentent menacés.

Bien que n’ayant pas la même réputation, c’est l’échide carénée (Echis carinatus) qui est reconnue comme l’espèce causant le plus de morts dans le monde. Elle est native au sous-continent indien et au Moyen-Orient. Bien que n’ayant pas le venin le plus puissant, cette espèce est caractérisée par son agressivité, ce qui conduit à un grand nombre d’attaques.

  • Traitement

Les venins n’étant pas forcément considérés comme une priorité par le monde médicale, on manque de moyens de lutte contre eux. Il existe cependant des traitements pour certains venins, malheureusement les lieux les plus touchés par ces cas sont souvent déficitaire en infrastructure médicale. Ces traitements sont généralement fabriqués à partir des molécules constituant le venin. Il donc conseillé de se renseigner sur les dangers de la faune locale et si on est mordu de contacter l’hôpital le plus proche. La technique d’aspirer la toxine pour la recracher est à éviter, car extrêmement dangereux.

Article écrit par Matthias Rudeanu

Bibliographie :