Biocalendrier de l'AventBiocalendrier de l'Avent 2019

L’espace impacte-il la vie sur Terre ?

Source image : phoneky

L’espace, où règne le vide total, est sujet d’admiration et de fascination par l’Homme depuis très longtemps. De nombreuses recherches ont permis de mieux connaître les lois et phénomènes qui régissent notre univers. Parmi les questions les plus fréquentes, on retrouve la présence de vie extraterrestre et l’origine de la vie sur Terre. Malheureusement, ces problématiques demeurent encore incertaines, mais les hypothèses sont nombreuses.

« Nous sommes de la poussière d’étoiles », une expression que vous avez sans doute déjà entendue. En effet, nous sommes composés de matière organique, elle-même composée de molécules qui sont constituées d’atomes. A l’origine seuls des atomes légers comme l’Hydrogène ou l’Hélium étaient présents dans l’Univers. Les atomes les plus complexes se sont formés au sein des étoiles et à la mort de chacune d’entre elles, ils se sont dispersés dans l’Univers pour en former de nouvelles, ainsi que d’autres corps célestes tels que les planètes. Nous sommes finalement un assemblage d’atomes issus de la mort des étoiles.

La vie est le résultat de nombreux phénomènes hasardeux et de beaucoup de chance.

Premièrement, le Soleil est une étoile relativement jeune et sa localisation est importante. Notre système solaire a la chance de se situer dans la zone habitable de la Voie Lactée, assez éloignée pour être à l’abri des supernovas ou encore de la fusion d’étoiles à neutrons. Ces phénomènes sont très destructeurs et génèrent des radiations qui empêcheraient toute vie de se développer. Nous sommes également assez proches du centre de la galaxie pour contenir des éléments lourds comme le carbone ou les métaux, éléments constituants les planètes rocheuses.

La Terre, elle, se situe dans la zone habitable de notre système solaire. Contrairement à Mars, l’eau s’y trouve abondamment en phase liquide. Les océans, qui sont le berceau de la vie, sont présents grâce à notre distance assez proche du Soleil offrant une température moyenne de 15°C.

             Cette température idéale pour le développement de la vie ne serait d’ailleurs pas présente sans l’atmosphère et l’effet de serre. L’effet de serre est naturel et permet de retenir la chaleur que la Terre reçoit du Soleil. Le rayonnement solaire est capté et une partie est réémise sous forme de rayonnement infrarouge par la Terre. L’effet de serre a pour rôle de contenir une portion de ce rayonnement et de le renvoyer sur Terre. Sans cette couverture, la température moyenne sur Terre serait de -18°C en moyenne. Mais l’effet de serre n’est possible que par la présence d’atmosphère, qui est elle-même présente grâce au champ magnétique terrestre.

             Le champ magnétique de la Terre est le résultat de la convection du noyau externe de la Terre. La formation de la Lune, issue de l’impact de notre planète avec un objet de la taille de Mars, serait fortement liée au champ magnétique terrestre. Grâce à cet impact, une forte quantité d’oxyde de magnésium aurai pu être apportée, ce qui aurai contribué à la formation du champ magnétique tel qu’on le connait aujourd’hui.

Ce champ a la propriété de servir de protection contre les vents solaires. Ces vents détruiraient notre atmosphère si la Terre ne possédait pas ce bouclier magnétique. C’est d’ailleurs certainement le cas pour Mars qui ne possède plus d’atmosphère et de champ magnétique.

L’atmosphère aurait également permis de contenir la « soupe primitive », un mélange de molécules originaire des premières molécules organiques.

             L’origine des premières molécules organiques pourrait d’ailleurs bien provenir en partie de météorites. Entre 4 à 5% des météorites retrouvées sur Terre contiennent des acides aminés, molécules indispensables pour la création de protéines. Des bases azotées, constituants de l’ADN, ont aussi été retrouvées sur la météorite de Murchison par une équipe de l’Université de Californie en 2012.

L’espace impacte donc fortement la vie, il en est même peut être à l’origine. Ces impacts peuvent être aussi bien positifs que négatifs, et nous avons la chance d’être en présence de nombreux facteurs qui permettent de se protéger des effets néfastes. C’est à nous de préserver ce système Terre unique qui a vu émerger la vie et qui permet de l’abriter.

Article écrit par Alexis Maussire

BIBLIOGRAPHIE :

  • Scientific American, September 2018
  • W. K. Hartmann et D. R. Davis, « Satellite-sized planetesimals and lunar origin », Icarus, vol. 24,‎ 1975, p. 504-51