Une « révolution cognitive »…

Posté le Posté dans Science
Edvard Moser, John O'Keefe et May-Britt Moser, lauréats du Prix Nobel de Physiologie et Médecine 2014
Edvard Moser, John O’Keefe et May-Britt Moser, Prix Nobel de Physiologie et Médecine 2014

Le 6 octobre dernier a été décerné le prix Nobel de Médecine et Physiologie, à trois neuroscientifiques en récompense à leurs travaux sur les « cellules du cerveau qui constituent un système de géo-position ».  John O’Keefe, May-Britt et Edvard Moser ont contribué grâce à leurs recherches à améliorer nos connaissances sur les moyens utilisés par notre cerveau pour se repérer dans l’espace.

John O’Keefe est un neuroscientifique américano-britannique, professeur au University College of London. Il a travaillé sur les fameuses « cellules de lieu » et le rythme thêta observé en électro-encéphalographie. Les cellules de lieu ont été mises en évidence en 1971 dans des expériences chez le rat menées par John O’Keefe et son équipe.

Les cellules de lieu sont des neurones situés dans l’hippocampe, et qui émettent un champ récepteur qui permet de définir une carte cognitive. On a pu identifier ces cellules par des mesures d’électrophysiologie sur des animaux effectuant des déplacements dans l’espace. Sur la base de ces observations, John O’Keefe a émis l’hypothèse qu’une des principale fonctions de l’hippocampe est de réaliser une carte cognitive. C’est, en d’autres termes, une sorte de « GPS » pour le cerveau.

Carte représentant la répartition dans l'espace de l'activité neuronale de 7 cellules de lieu, dans un hippocampe de rat. Dans cette expérience, l'animal a effectué de nombreuses fois un parcours triangulaire, s'arrêtant ponctuellement. Les points noirs correspondent à son parcours et les couleurs potentiel d'action enregistré dans chaque neurone.
Carte représentant la répartition dans l’espace de l’activité neuronale de 7 cellules de lieu, dans un hippocampe de rat. Dans cette expérience, l’animal a effectué de nombreuses fois un parcours triangulaire, s’arrêtant ponctuellement. Les points noirs correspondent à son parcours et les couleurs, le potentiel d’action enregistré dans chaque neurone.

May-Britt et Edvard Moser sont un couple de scientifiques norvégiens travaillant sur le réseau de neurones et les réseaux de neurones artificiels. En 2005, ils identifient des cellules nerveuses dans le cortex entorhinal, à proximité de l’hippocampe, nommées « cellules de grille », au rôle particulièrement déterminant dans ce système de géolocalisation : elles permettent d’établir un système de coordonnées afin de déterminer des positions.

La récompense d’un montant de 8 millions de couronnes norvégiennes, soit un peu moins de 900 000 € a été répartie entre le couple Moser et John O’Keefe.

Sources :
lemonde.fr
bbc.com
wikipedia.fr
sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *