Théorie de la génération spontanée

Posté le Posté dans Biocalendrier de l'Avent

Salut à tous !

En ce 2 décembre, nous revenons sur une croyance très bien installée dans la communauté scientifique durant bien des siècles : La théorie de la génération spontanée.

« Les insectes, les mollusques, les poissons, et certaines plantes peuvent naître spontanément à partir de vase, de rosée ou de neige. » Nous devons cette jolie phrase profonde et pleine de philosophie à Aristote. Et oui, au grand Aristote, grand penseur dont l’influence n’est plus à démontrer.

Ne jugez pas trop vite nos ancêtres malgré l’absurdité de cette idée ! Il faut garder en tête qu’ils n’avaient pas accès à certaines technologies (telles que le microscope, l’outil d’observation de l’infiniment petit).

Ainsi la communauté scientifique suivait la théorie que les êtres vivant apparaissaient à partir de matières inanimées (et paf une souris, et pouf un chat, et bam un arbre, oups l’homme).

Le développement du matériel scientifique nous amène deux millénaires après les belles paroles d’Aristote à enfin oser contredire les adeptes de cette théorie avec les bonnes cartes en main. Bien que des chercheurs s’étaient déjà posés la question plutôt, c’est à Pasteur que les honneurs ont été donné par L’Académie scientifique en 1862 pour avoir démontré que la génération spontanée n’existe pas. En effet, à l’aide d’un protocole très rigoureux, il montre qu’aucune culture ne se développe dans un ballon fermé et stérilisé contenant de la matière organique.

Cependant, en bon scientifique qu’était ce cher Pasteur, ce dernier n’exprime pas formellement que l’on peut affirmer l’inexistence de cette théorie car une autre question existentielle qui nous turlupine tous est soulevée : “quelle est l’origine de la vie ?”

BAM !!! Méditez sur ces derniers mots.

(Bon maux de crâne)

Rédigé par : Jenny Y.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *