Prix La Recherche 2014

Posté le Posté dans News Science

Ce mardi 21 octobre 2014, Symbiose 6 s’est rendu à la cérémonie de remise de Prix du magazine La Recherche, célèbre référence de l’actualité scientifique, accessible à tout amateur de sciences. Vous y êtes peut-être déjà abonnés depuis plus d’une décennie ? Petit retour sur cette 11e édition, riche en découvertes et émotions dans un haut lieu de culture parisienne.  C’est une occasion de récompenser et de faire connaître au public les travaux d’excellence réalisés au cours de l’année par des équipes internationales associant des chercheurs français. Recherche fondamentale ou appliquée, les scientifiques présentent leur sujet d’étude parmi 12 catégories scientifiques dont la biologie, la chimie, la physique, les mathématiques, les sciences de l’information etc… Cette année, l’événement a été parrainé par Jean-Pierre Changeux, célèbre neurobiologiste professeur honoraire au Collège de France et à l’Institut Pasteur.

Symbiose 6 à la remise du Prix La Recherche 2014
Symbiose 6 à la remise du Prix La Recherche 2014

Mardi soir, sac de cours sur le dos, nous fonçons au métro de la Gare d’Austerlitz pour attraper le RER C (encore retardé) pour se rendre au Musée du Quai Branly, formidable institution culturelle à l’architecture originale et lumineuse. Un tapis rouge ancré dans le sol nous indique l’entrée, comme si le musée nous attendait depuis des lustres pour qu’on assiste à la présentation des travaux d’excellence des chercheurs lauréats du Prix La Recherche 2014. On check nos noms sur le listing comme des VIP, on zappe la case vestiaire et nous voilà arrivées dans le théâtre Claude Lévi-Strauss, amphithéâtre à l’allure d’une salle de spectacle aux murs de bois noirs et bleus d’une beauté sans pareil qui rend l’atmosphère encore plus plaisante. Les « cerveaux » sont nombreux dans la salle : des grands chercheurs, des directeurs scientifiques, des passionnés de science, et nous: rares étudiants en biologie…tout excités et yeux ébahis devant cette cérémonie de haute qualité. Instants selfie, bonbons M&M’s, crayon en main, carnet de note, la Presse Symbiose 6 est parée ! Marion Montaigne aussi, illustratrice talentueuse, est prête : tout au long de la cérémonie, elle fera rire toute l’audience avec ses dessins humoristiques caricaturant chaque chercheur et ses travaux. Que du bonheur !

Le maître de cérémonie, un charmant journaliste, mène la danse. Les discours s’enchaînent et les témoignages et remerciements émeuvent l’assemblée tout entière. Les chercheurs dégagent tous une aura de bonne augure et nous inspire par leur présentation de leur sujet de recherche. C’est la motivation pour la science qui nous envahit et l’émerveillement devant le parcours accompli et la créativité de ces scientifiques. Hommes et femmes, vivant pour les mêmes passions : celle des Sciences et du progrès.

Premier chercheur à monter sur scène : Karim Benabed, astrophysicien qui travaille sur les lentilles gravitationnelles à l’Université Pierre et Marie Curie. Symbiose 6 : toute fière ! Nous avons aussi eu l’honneur d’écouter Jean-Pierre Salzmann, Président de la Conférence des Présidents d’Université qui nous a rappelé le concours de la Thèse en 180 secondes dont le jury UPMC était l’un des membres de Symbiose 6 cette année en avril 2014.

Plusieurs sujets de recherche nous ont interpellé et redonné envie de parler de Science avec vous. Alors pour votre plaisir, voici quelques résumés des lauréats travaillant avec des biologistes :

Des chercheurs en chimie (Laboratoire de conception et application de molécules bioactives, Equipe Chimie et Neurobiologie moléculaire, Strasbourg) ont collaboré avec des neurobiologistes à propos du contrôle optique d’un canal ionique. Comme vous le savez sans doute, la porte d’entrée contrôlant certains ions sont des canaux dont l’accès est régulé par des molécules dites neurotransmetteurs. Les chimistes, dont Thomas Grutter, ont su construire des molécules déformées par la lumière. La greffe de cette molécule réagissant à la lumière sur la protéine d’intérêt au niveau du canal ionique permet un contrôle de flux des ions par la lumière UV et la lumière visible. Etonnante recherche sur un commutateur photochimique qui servira peut-être de cible pharmacologique, à visée thérapeutique par la suite…qui sait ?

En biologie végétale, l’équipe de Téva Vernoux (Laboratoire de Reproduction et développement des plantes, Lyon) a étudié les champs inhibiteurs de la signalisation des cytokines qui procurent la robustesse à la phyllotaxie. Explication : dans un espace donné, les fleurs émettent des signaux (= hormones des plantes comme l’auxine) et ces chercheurs tentent de comprendre comment le système s’auto-organise dans l’espace. L’auxine est une hormone capable de bien positionner mais pas d’expliquer l’émergence séquentielle, la construction, l’architecture de la plante. C’est alors que cette équipe commence à dénouer le secret de la disposition des fleurs sur une tige.

En neurosciences, Carole Peyrin et son équipe (Laboratoire de Psychologie et neurocognition, Grenoble et la Fondation Rotschild, Paris) font la découverte d’un traitement rétinotopique et latéralisé des fréquences spatiales au sein du cortex visuel. Comme la plupart d’entre vous l’ont appris en cours, ce que l’oeil droit humain voit, est projeté dans l’hémisphère gauche et vice versa. Or, il s’avère que les troubles visuels sont différents selon le côté de la vision. Si la lésion est du côté droit, le problème de la vision est global et si la lésion est du côté gauche, le problème concerne plus la vision des détails. Des méthodes ont ainsi été établies pour mettre en évidence les différences entre ces deux lésions latérales.

Plusieurs grands directeurs et scientifiques dont Thierry Damerval (directeur général délégué de l’INSERM), Alain Fuchs (Président du CNRS) et bien d’autres, nous ont ému par leur discours et nous retenons ces quelques phrases, perspectives d’avenir :

 » La recherche, c’est un travail de longue haleine, il est important d’avoir cette prise de conscience : ce travail requiert de la patience « , Bertrand Hault

 » Le meilleur moment d’un chercheur c’est quand l’expérience qu’on a construit commence à donner un signal et le chemin qu’on parcourt compte, surtout le chemin parcouru avec des personnes qu’on apprécie « , Daniel Estève, directeur de recherche au CERN (Physique).

Kay Meseberg, Chef Edition Arte France a dit:  » Il nous arrive de nous poser la question suivante : mais quelle est la source de cette idée si impressionnante et innovante ? « . C’est cela, qui nous interpelle par l’ingéniosité des travaux de recherche de ces scientifiques français. Alors, oui, comment nous vient une idée ? Penser science, même vous étudiants, avoir une soudaine envie de faire de la recherche, cultiver cette soif d’apprendre et de progresser pour un jour se dire « eurêka », c’est là une beauté indéfinissable d’un scientifique tel que vous l’êtes.

Thierry Berton, Président de Ritme (distributeur de logiciels scientifiques) nous rappelle les enjeux d’avenir :  » La recherche devient plus compétitive et plus internationale, cela nécessite plus de communication et nous organisons pour les chercheurs des petits-déjeuners de veille scientifique «  Alors, vous, étudiants en biologie de l’UPMC, pourquoi ne pas commencer cela dès l’université ? Symbiose 6 fait pour vous de la communication sur la recherche via, entre autres, des articles scientifiques que vous retrouvez ici sur notre site web et des petits-déjeuners réguliers pour parler de sciences. Qu’attendez-vous pour participer à nos événements ? Prendre plaisir à parler biologie et reprendre un souffle d’inspiration, se donner une raison de plus de continuer nos études comme nous en avons eu l’occasion lors de ce Prix La Recherche 2014, c’est possible. Rédacteur, biologiste, vous pouvez partager votre passion avec Symbiose 6. Tout étudiant peut écrire sur le sujet qui l’intéresse, du moment que ça parle de biologie. N’attendez plus pour devenir acteur dès à présent au coeur de l’Université Pierre & Marie Curie avec nous !

Biologiquement vôtre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *