L’art de se servir d’une radio…… avec une souris.

Posté le Posté dans Science

Des chercheurs ont réussi à activer à la demande et de manière précise l’activation de gènes dans un animal, vivant, il est important de le préciser.

Ces travaux semblent pouvoir trouver des applications concrètes a court terme, aider les scientifiques à manipuler des cellules de façon non invasive, sans compter les applications cliniques possibles . Mais une question subsiste après ces quelques phrases. Comment ont ils fait ?

Comme vous vous en doutez, les gènes ne préfèrent pas un certain type de musique. Leur travail ne ressemble en rien au fait de leur faire écouter une station de radio passant en boucle Lady GAGA avec pour but de stimuler l’apoptose des cellules murines et de mener la pauvre souris au suicide.

Jeffrey Friedman, un généticien de l’Université Rockefeller à New york, a été beaucoup plus fin.

Ce dernier, assisté de son équipe, a assemblé des nanoparticules d’oxyde de fer avec des anticorps se fixant spécifiquement sur une version modifiée, sensible à la température, du récepteur TRPV1 (se situant à la surface des cellules). Les chercheurs ont ensuite injecté ces nanoparticules dans une tumeur sous cutanée et ont utilisé un champ magnétique pour chauffer ces particules avec des ondes radio à basse fréquence.

Ensuite l’équation est « simple », les particules se fixent sur le récepteur, on les fait chauffer, et le canal s’ouvre une fois à 42°C ! L’ouverture du canal crée un influx d’ions calcium qui déclenche l’expression d’un signal secondaire et active un gène sensible au calcium qui produit de l’insuline.

Après 30 minutes d’exposition, le niveau d’insuline des souris a augmenté et le niveau de glycémie baissé.

Le but de cette étude n’est pas de pouvoir manipuler la glycémie d’un sujet. Le niveau d’insuline et la glycémie ont été utilisés car ils étaient facilement observables. L’avantage de cette technique est qu’elle permet un traitement très ciblé et de basse énergie. Elle n’affecte que les cellules injectées, ne les tue pas, et n’affecte pas les tissus avoisinant.

D’autres équipes commencent à triturer cette technique pour manipuler d’autres gènes. Arnd Pralle, biophysicien à la State University of New York, a déjà commencé à stimuler des neurones en utilisant cette méthode. Cependant, Friedman teste d’autres alternatives pour délivrer les nanoparticules car le fait d’utiliser une tumeur pour des cas cliniques pose quelques problèmes éthiques !

Affaire à suivre…..

[Source, Photo]

3 thoughts on “L’art de se servir d’une radio…… avec une souris.

  1. Dommage pour lady GAGA… Au poins sa musique aurait servi a autre chose que de nous casser les oreilles et nous rendre débile…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *