À la découverte des oiseaux de Provins…

Posté le Posté dans News Symbiose 6, Non classé

dsc_2884

C’est au cours d’une belle journée ensoleillée que nous avons pu faire un saut dans le temps, plus précisément au Moyen-âge, dans la ville médiévale de Provins. Au menu : le spectacle emblématique de la ville « Les aigles des remparts », présenté par l’équipe de Vol Libre.

aigle-royaldsc_2196 dsc_2188

Nous avons eu l’occasion de visiter la volerie de Vol Libre, qui est l’une des plus belles de France avec ses plus de 100 oiseaux de 30 espèces différentes ! Durant la représentation, on découvre la fauconnerie à travers diverses cultures, allant des nomades arabes du Proche-Orient aux seigneurs de l’Occident, en passant par l’Asie centrale. Une mise en scène très travaillée et dirigée par Philippe Hertel rend le spectacle encore plus impressionnant et majestueux.

dsc_2252

Ces rapaces, tant par leur beauté que leur capacité de vol et de chasse, étaient à couper le souffle ! Et pour en savoir plus, quoi de mieux qu’un entretien exclusif avec Philippe Hertel, le directeur du spectacle. Ce dernier nous a dévoilé les secrets de la fauconnerie et du dressage, qui sont le cœur de son métier.

Mais qu’est ce que la fauconnerie ?

Il s’agit de l’art de chasser (des perdrix ou des faisans par exemple) avec un rapace (tel un faucon ou un vautour) comme prédateur. Cette tradition ancienne et largement répandue dans le monde est inscrite dans le Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis 2010 ! Contrairement à la chasse classique au tir, où le prédateur peut s’attaquer à plusieurs gibiers, on parle de « chasse écolo » pour la fauconnerie car le prédateur ne s’attaque qu’à un seul gibier.

Les rapaces possèdent diverses capacités leur permettant des vols impressionnants. Leur vision est accrue grâce à un cristallin qui permet de modifier la distance focale. Ainsi, certains rapaces peuvent voir jusqu’à 1500 mètres contre 400 mètres pour l’œil humain ! Les vitesses de vol sont tout aussi impressionnantes : le faucon pèlerin peut atteindre plus de 300 km/h, et ce grâce à sa forme aérodynamique (les ailes pointues par exemple). Par comparaison, un saut en parachute va jusqu’à 200 km/h.

dsc_2291

Qu’en est-il du dressage ?

Contrairement aux animaux domestiques, les oiseaux ne sont pas pas très affectifs : les caresses n’ont pas d’effet sur eux. Il existe une relation de confiance entre l’oiseau et le dresseur, qui réside sur la nourriture : c’est en effet  au contact de son dresseur que l’oiseau se nourrit. Ce dernier doit avoir faim pour avoir l’envie de voler.

Par ailleurs, chaque oiseau a une affinité particulière avec un dresseur précis. Ceci est particulièrement vrai pour les aigles, qui ne sont dressés que par un seul fauconnier. Dans un premier temps, avant le dressage à proprement parler, l’oiseau mange séparé de ses parents, sur le gant de l’homme pour s’imprégner de ce dernier et s’habituer à sa présence.

dsc_2274

L’oiseau de proie n’est pas  « dressé » comme un animal de compagnie mais « affaité ». Patience et savoir-faire sont requis pour que chaque oiseau suive son propre rythme sans être forcé à accomplir son travail. Le dressage commence quand l’oiseau est dit « sec » c’est-à-dire qu’il a toutes ses plumes car sa croissance est terminée. Par exemple, le dressage de la chouette effraie commence au bout de 2 mois alors que celui des serpentaires à 3 mois. Ici, la différence de temps de croissance est dû à une notion d’équilibre à acquérir pour le serpentaire : comme vous pouvez le voir ses pattes sont très longues !

Après qu’il se soit habitué à la présence de son dresseur, l’oiseau est tenu en longe pour ne pas s’envoler. Petit à petit on lui fait faire des petits sauts pour lui faire comprendre qu’il doit voler pour atteindre sa nourriture, située sur le gant du dresseur dans les débuts.

Il faut savoir que les oiseaux font des représentations selon leur tempérament, ce qui rend le dressage plus efficace et plus agréable pour eux. Certains sont plus timides que d’autres, d’autres n’ont pas peur de faire des vols à dos de cheval dans un Stade de France plein à craquer…

dsc_2500

Que mangent les rapaces ?

Les oiseaux étant carnivores, ils se nourrissent notamment de poussins, de viande blanche (car elle n’est pas très grasse), de cailles et de pigeons. Le poids est étroitement lié à l’alimentation et  c’est un critère très important afin de connaître l’état de santé de l’animal. Il ne doit être ni trop gros pour éviter la paresse, ni trop maigre pour avoir la force de voler pendant les spectacles ou la chasse. Le poids de chaque oiseau est suivi quotidiennement par l’équipe et la ration de nourriture est adaptée au poids.

dsc_2522

Comment surveiller leur état de santé ?

On retrouve des symptômes communs avec les hommes tels que les éternuements et l’œil qui coule, mais le poids reste un des moyens les plus efficaces pour déceler une maladie. Des prélèvements de fientes et de boules de nourritures rejetées par l’oiseau sont aussi analysées en laboratoire afin de diagnostiquer d’éventuels problèmes plus graves. Les oiseaux sont par exemple assez fragiles à l’aspergillose, une infection due à un champignon.

Quels sont les rapaces communs en France ?

Le Milan noir est un oiseau commun en Europe. C’est un charognard, il vit plutôt dans les décharges. En France plus particulièrement, on peut trouver le Vautour fauve notamment dans les gorges du Tarn, mais aussi l’Aigle royal dans les Alpes et les Pyrénées.

aigle-royal-2vautour-fauve

Le Hibou Grand Duc se retrouve au niveau des Vosges et autres massifs montagneux. Quant aux Buses, leur lieu de prédilection est variable ; on les voit beaucoup en bord de route.

hibou-grand-duc

Maintenant que vous savez tout sur les oiseaux de proie, le ciel de Provins vous apparaîtra moins mystérieux ! Les aigles des remparts n’attendent plus que vous pour un vol plané sur la ville médiévale…

Pour plus de photos de cette journée : https://www.flickr.com/gp/134787779@N02/699095

Rédactrices : Mehtap Bkurt et Laura M’Pompa

Photos : © Nguyen Tran Duc Minh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *